Statut à 2018-10-22 16:38
Vous n'êtes pas logué.

Moyenne des écarts
diff
nom0 nom1
Cogit Denis 10.6
LePsy 28.8
neune 10.6
Denis LePsy 26.7
neune 25.7
LePsy neune 13.7

0 < 10% Code A (accord fort)
10% < 33.3% Code a (accord mitigé)
33.3% < 66.7% Code O (opinion orthogonale)
66.7% < 90% Code d (désaccord mitigé)
90% < 100% Code D (désaccord fort)
-- (Abstention ou pas encore évaluée)

Joueurs les plus actifs
Denis 2706
cocolombo 796
andjety 661
EtienneBeauman 659
kogiii 432



Redico L'homéopathie
Preambule Réf. #27.
Proposition Quelles que soient les définitions (raisonnables) des mots "fils" et "avocat", avoir un fils avocat implique logiquement avoir un fils.
Lien
Auteur Denis
Date 2017-10-28
Moyenne des évaluations 83.3

Évaluations actuelles de cette proposition
Cogite 99.99990% Modifié 0 fois
Denis 99.99900% Modifié 2 fois
LePsychosophe 50% Modifié 0 fois Si vous raisonner en logico-mathématicien. Les mots ont des valeurs absolus. Dans ce cas, l'assertion est juste à 100%. Si vous raisonnez dans une dimension secondaire et que vous considérez le langage plus "puissant" que les maths, il y a un second ordre (en sémantique). Ce qui fait que la notion -fils- n'est plus un "chiffre" donc n'est plus absolue et est relative au sens que l'on y met. Le sens était subjectif d'un point de vue "psychologique" et donc variable selon le point de "perception". Ce qui fait que l'assertion ne devient pas fausse mais instable voire nulle. Le fils n'est ni fils ni fille, donc indéfini comme le chat de Schrodinger, soumis à l'influence externe. Et hop, je fais du mysticisme quantique! Donc votre terme raisonnable, je le comprends à un niveau premier mais le raisonnement étant une notion plus complexe selon moi. On n'a pas fini... Mais si je suis votre logique (définissions qui pourrait également être discutée) je vais dire que la proposition est vrai. En gros, j'arrête de jouer à l'impertinent. ;-)




propositions/detail