Statut à 2017-12-11 15:58
Vous n'êtes pas logué.

Moyenne des écarts
diff
nom0 nom1
Cogit Dash 25.9
Dave 20.5
Etien 27
Psyri 15.4
Dash Dave 15.8
Etien 9.4
Psyri 39.7
Dave Etien 24.2
Psyri 24.9
Etien Psyri 46.3

0 < 10% Code A (accord fort)
10% < 33.3% Code a (accord mitigé)
33.3% < 66.7% Code O (opinion orthogonale)
66.7% < 90% Code d (désaccord mitigé)
90% < 100% Code D (désaccord fort)
-- (Abstention ou pas encore évaluée)

Joueurs les plus actifs
Denis 2706
cocolombo 795
andjety 661
EtienneBeauman 659
kogiii 432



Redico Galilée, Etienne Klein, et la vulgarisation de l'épistémologie
Preambule Dans cette proposition et les suivantes, j'appelle "Fait avéré" un fait (au sens de la proposition 44), qui a également également été constaté et établi par des observateur, sans ambiguïté ni possibilité d'erreur, au delà de tout doute raisonnable.
Proposition J'accepte, dans le cadre de cette proposition et des suivantes, cette définition de l'expression "Fait avéré"
Lien
Auteur Cogite
Date 2014-11-26
Moyenne des évaluations 84.8

Évaluations actuelles de cette proposition
Cogite 100% Modifié 0 fois
Dash 99% Modifié 0 fois Donc un truc qui existe ET son interprétation (comment on le définit, etc.). Il s'agit d'un couple!!!
Dave 75% Modifié 0 fois Je comprends le fait évoqué à la proposition précédente comme étant ce qui est purement objectif, donc infalsifiable. Le fait avéré est défini comme étant la même observation qu'aura toute personne (avec le même instrument) normalement constituée, donc falsifiable. Je ne tiens alors pas compte de la proposition précédente pour rester dans une définition qui permette la falsifiabilité.
EtienneBeauman 50% Modifié 0 fois "ni possibilité d'erreur" c'est garanti par qui par quoi ?
Psyricien 100% Modifié 0 fois




propositions/detail